• Non classé
  • 0

Yaya Jammeh : les sénégalais souffrent plus de la fermeture de la frontière

Le président gambien a reçu samedi son homologue guinéen Alpha CONDE qui revenait de Kigali. Entre les deux chefs d’Etat, il a beaucoup été question du blocus de la Transgambienne. Et loin de tempérer les ardeurs de l’homme de Banjul, Alpha CONDE est reparti dans son Guinée natale laissant derrière lui un Yaya JAMMEH remonté comme une pendule contre le régime de Macky SALL.

Le Président gambien s’est adressé samedi dernier à ses concitoyens à travers la télévision nationale. Et c’était pour souligner que c’est la huitième fois depuis 1994, date de son arrivée au pouvoir, que les Sénégalais ont fermé la frontière. «A tout moment, ils ferment (les frontières) et chaque fois qu’ils le souhaitent, ils les ouvrent», lance l’homme fort de Banjul.

«Ce sont des choses que nous ne pouvions éviter parce que le Sénégal a toujours été un problème et continue d’être un problème», martèle le président gambien. Ensuite,  Jammeh a souligné que les frontières gambiennes sont ouvertes et les tarifs sont en baisse. Il rappelle précisément de la décision de la Gambie d’augmenter les tarifs douaniers, soudainement passés de 4 mille francs Cfa à 400 mille francs Cfa. «Je n’ai pas l’intention d’aller au Sénégal pour résoudre la question de la frontière parce que nos frontières sont ouvertes, les tarifs sont en baisse. Ils (Sénégalais) ont fermé la frontière et je ne vais pas négocier avec quelqu’un qui a fermé la frontière. Donc, beaucoup de gens souffrent. (…) Donc, si l’on veut y (Dakar) aller et résoudre le problème de sorte que les personnes ne souffrent plus, je le ferais. Ce n’est pas à cause d’une position de faiblesse, mais c’est pour la dignité parce que le Dieu Tout-Puissant est toujours avec des gens qui sont raisonnables et humbles», affirme Jammeh.

 Jammeh reste convaincu que le Sénégal souffre aussi de la fermeture des frontières: «Je n’avais pas l’intention de les ouvrir pour être tout à fait honnête. S’il y a un pays qui doit souffrir, c’est bien Sénégal.  On a envoyé des femmes et même des enfants pour faire appel à moi. Certaines femmes me disaient qu’elles ne peuvent pas payer les frais scolaires, car ils dépendent du commerce avec la Gambie. Je dis d’accord, de mon côté, je vais ouvrir la frontière parce que je suis un bon musulman».

Selon le président Jammeh, les complaintes sur les tarifs douaniers sont réciproques entre le Sénégal et la Gambie.  «Les transporteurs gambiens payent les mêmes tarifs douaniers que les Sénégalais. Il n’y a aucune excuse pour dire que la Gambie a arbitrairement élevé le tarif. Quand nous nous sommes plaints auprès d’eux (Sénégalais) ils ont dit qu’ils ne sont pas au courant de cela. Donc, la Gambie n’a rien fait de mal». Et Jammeh qui dit être un «artisan de la paix» de conclure: «Les gens parlent, je me tais, voilà pourquoi je ne dis rien».

Pour lui, c’est clair que la Gambie n’a jamais fermé la frontière et que le Sénégal le sait très bien.  «La frontière gambienne est ouverte et nous avons plus de 950 mille Sénégalais en Gambie et moins de 5 mille Gambiens au Sénégal. Vous allez à nos marchés, ils sont tous des Sénégalais, vous allez à Sandaga (Dakar), vous ne trouvez pas un seul Gambien là-bas», dit-il.

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.