• Non classé
  • 0

IL YA BEL ET BIEN UN DEAL MACKY/WADE POUR LIBERER KARIM : NOUS NE SOMMES PAS AMNESIQUES – par Lissa Amadou Tidiane BA

Dans une des définitions du dialogue, négocier est l’une d’entre elles qui ne nuance en rien ce mot, comme l’atteste le dictionnaire français Larousse. Engager des négociations est le scénario qui se passe entre ses deux personnalités politiques du Sénégal pour principalement libérer le fils de l’un d’entre eux qui s’appelle Karim Wade. Cerise sur le gâteau : négocier veut dire dealer !

Pour le pouvoir, la traque des biens acquis était une demande sociale

Mis en demeure le 15 mars 2013, après une audition par la commission d’instruction de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), de justifier dans un délai d’un mois de ses avoirs ainsi que de ses biens (voitures, propriétés immobilières) et de comptes bancaires, il est inculpé d’« enrichissement illicite », et écroué avec sept autres personnes le mercredi 18 avril à la prison de Rebeuss, dans le centre de Dakar. Le 23 mars 2015, il est condamné à une peine de 6 ans de prison ferme et 138 milliards de FCFA d’amende (210 millions d’euros) par la Cour de répression de l’enrichissement illicite. La fortune de Karim Wade, évaluée à 700 milliards de francs CFA, intrigue la justice sénégalaise.

Dans le même temps, il est désigné par les instances de son parti, le PDS, candidat à la prochaine élection présidentielle, qui devrait se tenir en 2017 (promesse de campagne) finalement repoussé en 2019.

Macky a toujours clamé qu’il laissera la justice suivre son cours jusqu’à son terme sans interférer par respect au principe de séparation des pouvoirs. Et qu’une fois toutes les voies de droit épuisées, il apprécierait de son droit de grâce parce que n’ayant pas d’animosité personnelle avec Karim, ses coaccusés et ceux qui ont fait l’objet de poursuites dans le cadre de cette traque ».

Pour corroborer ce propos du Président, notre interlocuteur fait savoir, en guise de rappel, qu’ avant le déclenchement des poursuites judiciaires dans le cadre de la traque des biens mal acquis, de hauts dignitaires du Pds avaient rencontré le Président autour de cette question cruciale. Il leur avait alors conseillé la médiation pénale. Dans son entendement, l’essentiel était que l’Etat recouvre ses deniers dont on était sûrs qu’ils avaient été pillés. D’ailleurs ceux qui étaient à cette rencontre n’étaient pas du tout contre le principe. C’est après que le Pds s’est officiellement braqué pour rejeter le principe. La suite on connaît ».

Que s’est-il donc passé entre temps pour que l’on libère Karim ?

  1. Beaucoup de médiations de bonnes volontés depuis le début de cette traque,
  2. Beaucoup de monde dans les deux camps qui jouaient les bons offices pour espérer un retour à la normale dans les relations entre les deux ex-collaborateurs.
  3. la radicalisation de Wade qui selon les indiscrétions ne voulaient plus « parler » à Macky,
  4. et enfin le dialogue : oui le deal, l’entente, la négociation qui consiste à libérer Karim.

Les autres invités à ce dialogue ne deviennent t’ils pas de simples figurants ? L’objet et le but du dialogue est juste le rapprochement de la famille libérale et des consensus pratiques pour que nul ne soit lésé.

Idrissa Seck, celui qui a dénoncé ce scénario n’a pas tort et fera valoir en ce moment son statut de chef de l’opposition car le peuple, pour sûr n’y figure pas et sera laissé pour compte. Oui Karim sera libre, certainement blanchi. Il n’aura jamais rien fait… et la vie continue au Sénégal, pour une paix apaisée : il ne faut surtout pas se plaindre des agissements de sa majesté Sall.

C’est trop facile, le Pds est perdant dans tous les cas de figure. Idy restera constant dans sa démarche, s’opposer sans état d’âme !

 

En attendant, qui peut donc nier qu’il ya bel et bien deal ? Appellons un chat un chat, nous ne sommes pas amnésiques !

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.