• Non classé
  • 0

LA VICTIME DE MBAYANG DIOP ETAIT… ENCEINTE

CE QUI EST UN FACTEUR AGGRAVANT SUR LE CAS DE CELLE QUI RISQUE LA MORT EN ARABIE SAOUDITE

« Si je ne m’abuse, elle a quitté Dakar pour l’Arabie Saoudite le 21 Mai dernier » fait savoir son frère Mamadou Diop qui révèle avoir été informé du cas de sa soeur Mbayang par la Direction des Sénégalais de l’Extérieur au seuil de la Korité.
« Lorsqu’on m’a informé, j’avais gardé la mauvaise nouvelle pour moi préférant attendre que la famille passe d’abord la fête de Korité. C’est le lendemain que je leur ai dit que Mbayang a été arrêtée pour des raisons connues de tous.

C’est après concertation que la famille a pris l’option d’ébruiter l’affaire via les médias pour sensibiliser tout le monde. Mais, jusque-là nous n’avons aucune information sur elle. N’empêche, nous ne baissons pas les bras. Nous continuons les démarches et demandons, implorons encore la clémence, la grâce aux autorités Saoudiennes. Il est vrai qu’elle avait beau insisté pour revenir au bercail et de ce fait, nous avions adressé une lettre aux autorités diplomatique du pays, mais cela n’a pas abouti. Ce qui devait arriver est arrivé ».

Des informations recueillies, aussitôt arrivée en Arabie Saoudite, Mbayang se verra acheminer auprès de ses employeurs précisément à Dammam qui est la capitale de la province orientale d’Ach-Charqiya d’Arabie saoudite, sur le golfe Persique.
La ville, soit dit en passant, est desservie par le King Fahd International Airport, l’aéroport le plus grand au monde en termes de superficie. Il est situé à 20 km au nord-ouest relié à l’agglomération par une autoroute à 2×4 voies.

Repérée par un réseau de trafiquants qui lui proposait un salaire mensuel de… 600 000 francs CFA, elle avait accepté de travailler comme ménagère à Dammam. « Mais, ce n’était que mirage car elle percevait moins que ça » nous apprend une dame proche de la famille de Mbayang Diop. Laquelle révèle que le convoyeur, un certain Aziz Fall a été d’ailleurs mis aux arrêts.

C’est donc après une dizaine de jours de travail dans une famille saoudienne que Mbayang Diop a été arrêtée par les autorités. « On lui a reproché d’avoir porté atteinte à la vie de son employeur, expliquait peu après l’incident Sory Kaba, le directeur des Sénégalais de l’extérieur, à RFI. En fin de compte, la dame (ndlr: son employeur) n’a pas survécu aux différentes blessures occasionnées par les coups de couteau que Mbayang Diop lui a donnés. Elle a reconnu les faits et aujourd’hui elle est sous mandat de dépôt ».

Etablie depuis plus d’un an en Arabie Saoudite, la dame Marwa Binte Abdel Aziz Hadish était « en état de grossesse ». Ce qui n’est pas pour faciliter les tractations entamées par les autorités Sénégalaises car « aux yeux des Saoudiens, Mbayang a tué deux humains ».

En fait, « elle était dans la cuisine en train de préparer le repas et avait reçu un appel téléphonique. Il s’en est suivi une altercation avec son employeur (la dame) qui lui interdisait ses fréquents coups de fil et c’est alors que l’irréparable s’est produit » avons nous appris de nos sources basées à Ryad.

Selon le droit saoudien, Mbayang Diop (dont la décapitation a été annoncée) risque la peine de mort. Les organisations de la société civile se sont rassemblées au sein d’un «collectif de soutien à Mbayang Diop» alors qu’un appel sur les réseaux sociaux a vu le jour sous la bannière #SauvonsMbayang.

Aux dernières nouvelles, les autorités diplomatiques Sénégalaises font des pieds et des mains aux fins de régler cette équation. « Mais nul ne sait encore si Mbayang est encore vivante ou pas » conclut un contact établi à Ryad.

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.