• Non classé
  • 0

Tous… politiques !

Les faîts sont têtus, publiés depuis le 01 février dernier, cet article garde toute sa fraîcheur malgré « tout ce qui s’est passé », le Sénégal reste politique, l’Etat est politique, rusé et « dribble » administrés et opposants ; que l’on ne nous rappelle pas qu’il faut retourner au travail ! Heureusement que factures, loyers, autres charges « incontournables » sont là pour nous rappeller la nature ouvrière de l’homme.
Qui n a jamais été interpellé par cette phrase ? Travaillez au lieu de parler politique ! Au Sénégal on ne f… rien! Wakh1 rek2 ! Politique rek! C est ça oui!

J aimerai qu il en soit autrement mais … une fois que mon leader sera au pouvoir. Et ceci ne dependra que de lui. Lui, Le président à venir. Pour l actuel locataire de Roume, malheureusement il en sera ainsi jusqu à la fin de son règne. Et ce n est pas un manque de programme des chaînes de télés ou l oisiveté des sénégalais qui font cette ardeur pour le sujet politique. C est plutôt le jeu qu il a défini depuis son accession au pouvoir (exactement comme son prédécesseur à partir de 2008).

L outil Internet dans la politique, depuis 2005, en plus de prendre une place considérable dans le déroulé,  s impose dans les campagnes électorales, génère de nouvelles relations entre les élus, les prétendants aux titres et les électeurs. Après le résultat négatif exprimé lors d un vote, il est aisé d analyser l impact qu a eu internet sur le scrutin, et sur la nouvelle donne que celui-ci a ouvert sur le comportement et les usages des acteurs clefs de la campagne. En 2005, le Sommet Mondial Sur la Société de l’Information tenu à Tunis  a institué le Forum sur la Gouvernance Internet à été l occasion pour Olivier Sagna Modérateur président du comité scientifique et secrétaire général d Osiris de recommander une bonne gouvernance de l’Internet au Sénégal, qui est le rôle de l’Etat et une volonté politique.

La déduction logique est si les élus ne s amusent pas avec les administrés, s ils respectent leurs promesses électorales, s ils ne touchent pas la constitution, s ils  bannissent le népotisme et les nominations politiques, alors les toiles seront seront moins choquantes. Les journalistes ne seront plus convoqués à la DIC. Les opposants au régime présidentiel, itou ! Si l État se la joue très politique, la réaction naturelle de l opposition et du peuple frustré sera pareille. Si l État, même dans ses missions régaliennes en cherche un bénéfice populiste, il est normal que toutes ses failles auront la même ampleur.

Un État ou plutôt un parti au pouvoir aura toujours internet et le peuple sentinelle en face ; en plus d une opposition bien structurée, forte et décidée qui ne lâchera rien.Notre arme parler au peuple. Dénoncer, alerter sur les dérives du pouvoir. Nul ne se taira!

1. Mot wolof, parler

2. Mot wolof, seulement.

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.