St LOUIS : 5 SEPT 1835-5 SEPT 2017, LA PRIÈRE DES 2 RAKAS DE SERIGNE TOUBA ET LA CHUTE DE LA STATUE FAIDHERBE. IMAGES

  • FB_IMG_1504673259858
  • FB_IMG_1504664754952
  • FB_IMG_1504664772185
  • FB_IMG_1504664783202
  • FB_IMG_1504664789091

L’HISTOIRE DE LA STATUE, DE LA PRIERE DES 2 RAKAS DE SERIGNE BAMBA ET… LES LIONS

Le hasard n’existe pas, Dieu Est Justice ! Lisez ce que signifiait la statue Faidherbe et ce qu’elle symbolisait par rapport à la prière des 2 rakas de Khadimou Rassoul

5 septembre 1895/ 5 septembre 2017 voilà 122ans que dans les bureaux de l’administration coloniale à saint Louis, que Cheikhoul Khadim redressait à jamais le drapeau de l’Islam qui commençait à vaciller en Afrique noir sous le poids de la colonisation.

1/DIEU n’existe pas
2/le coran est une illusion
3/ le prophète MOUHAMED (psl) est un imposteur.

(Astafiroullah !)

Tels furent les termes de la déclaration que l’autorité coloniale voulait faire signer aux 84 autorités religieuses musulmanes convoquées au conseil privé du gouverneur de l’AOF ce 5 septembre 1895.

Le gouverneur leur dira:
« toute désobéissance aura comme conséquence le fait d’être jeté de force dans la cage du lion affamé ».

Le premier a être appelé fut Serigne Coki Mouhamadou Yala Aminata DIOP. Il refusa catégoriquement et subit le tragique sort d’une proie à la merci du prédateur.

Le second sur la liste fut Serigne Maka Birama Khadi. Tout aussi courageux que son prédécesseur, il déclina la proposition des colons et subit le même sort.

Serigne Balla Thioket fut le troisième désigné par le conseil. Il fit comme ses homologues et accepta d’être jeté dans la cage du lion.

Chemin faisant, le suivant sur la liste, fut le N•4 CHEIKH AHMADOU BAMBA le serviteur du prophète (psl). Appelé, il exécuta une prière de deux Rakas, puis signa le contraire des stipulations du traité par le versets de la 112e sourate « le Monothéisme pur » :

Au nom de DIEU, le Clément, le Miséricordieux.
1. Dis : “Il est Allah, Unique.
2. Allah, Le Seul à être imploré pour ce que nous désirons.
3. Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus.
4. Et nul n’est égal à Lui”.

Il fut jeté dans la cage du lion mais, à la grande surprise des colons, le fauve devint aussi inoffensif qu’un mouton, comme si la bête voyait en Khadimou Rassoul l’image d’un Maître bien aimé. Ce dernier donna du pain et des dattes au félin comme le ferait n’importe quel maître pour récompenser l’obéissance d’un animal apprivoisé.

Déshonorés, ridiculisés, humiliés, l’autorité coloniale et ses laudateurs n’ont pu se résigner qu’à précipiter l’exile de CHEIKHOUL KHADIM qui en réalité était fin prêt pour ce voyage salutaire pour l’humanité et plus plus particulièrement pour les mourides.

Lissa A.T. BA

Jërëjëffè BOROME TOUBA.

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.