SORORICIDE A L’HUILE CHAUDE : L’EXPRESSION D’UNE NATURE BIEN SÉNÉGALAISE – PAR LISSA A.T BA

Ça se sussure partout, le sénégalais est devenu trop ignane* et pourtant chacun se prend pour un saint !

Elle n’est certes pas morte, mais que reste t’il à cette fille à la fleur de l’âge, promise à un homme qui devait l’épouser et sûrement la chérir ? Elle l’a eue, elle l’a tuée : c’est criminel de ne pas vouloir le bonheur de sa soeur ! Jusqu’à présent, « tuer sa soeur » se faisait par des calomnies et des combines qui gâchaient la vie de la victime ; ça évolue maintenant, comme nos moeurs, en mal.

A la victime, que lui restera t’il à chérir ? La peau douce promise aux caresses et l’innocence de croire à un monde merveilleux sont reléguées à un autre monde qu’elle ne connaitra jamais ou plus jamais ?

L’adage selon lequel si les proches n’étaient pas capables du pire, l’eau ne cuira point le poisson trouve toute sa valeur dans ce drame.

Après le monsieur qui avait subi le même sort de la part de sa femme, le 26 novembre dernier, c’est au tour d’une jeune fille à Louga à subir le même crime de la part de sa soeur qui lui reprochait de lui avoir chipé son copain. Ce dernier se préparait même à épouser la victime mais c’était sans compter sur la pugnacité de la soeur criminelle qui arguait connaître le futur époux avant sa victime (c’est de la jalousie, un mot devenu « petit » pour nous car ô tellement usité).

Aujourd’hui, toutes les questions tournent autour de la capacité des sénégalais à aller jusqu’au bout à chaque contentieux. Pourquoi une telle atrocité ? Que nous arrive t’il ?

Le sénégalais fidèle au gamou, magal et tous les évènements religieux tout au long de l’année n’ont ils rien à cirer des sermons des religieux ? Etre envieuse est un grand pêché, Dieu Donne à qui Il Veut répète t’ils inlassablement !

Le retour de la peine de mort activement demandé (même si elle n’a jamais été utilisée au Sénégal que pour un seul détenu qui attentait à la vie du Président Senghor) est il une solution ? Ne faut il pas aussi « assainir » la polygamie, car devant ces deux soeurs, de mères co-épouses, la jalousie peut être latente et cruelle.

Après les meurtres pour l’argent, l’honneur, le pouvoir devons nous aussi assister à des attentats pour « vol » de conjoint(e) ?.

Lorsque l’adultère, la polygamie et « les combines » des hommes pour se payer du bon temps ailleurs que chez leur « officielle » mettent les femmes en perpétuel duel, ne faut il pas d’ores et déjà « assainir » les rings ? Oui le combat ne doit pas être noble et que le meilleur gagne ! Pas besoin de détruire ce que Dieu a Créé !

Celle qui témoigne dans cette vidéo fait état d’une vie de gladiateurs chez les co-épouses à Louga où la jalousie amène très souvent les femmes à utiliser l’acide, l’huile chaude, les gourdins, le mystique… contre leurs rivales ; elle en rajoute une couche pour que l’on sache que Dakar est une ville de tendre comparée à leur contrée. Elle assène « Louga… c’est la ville terrible, la ville atroce… »

Si tel est le cas, au Sénégal vivrons nous dans un vrai western ; seul(e)s les chanceu(x)ses et les plus fort (e)s devrait s’en sortir ? dawal gaw*!

légende : ignane –  envieux du bonheur d’autrui —- dawal gaw : au secours, à l’aide !

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.