• Non classé
  • 0

Sommes nous un peuple frustré (1ère partie)

La frustration  est une réponse  émotionnelle  à l’opposition. Liée à la colère et la déception, elle survient lors d’une résistance perçue par la volonté d’un individu.

Plus l’obstruction et la volonté de l’individu sont grandes, plus grande sera la frustration.

Les causes de la frustration peuvent être internes ou externes.

Chez un individu, la frustration peut surgir lors d’un objectif personnel et désirs fixés, de conduites ou besoins instinctifs, ou durant une lutte contre certains handicaps, tels que le manque de confiance ou la peur des situations sociales.

Le conflit émotionnel peut également être une source interne de frustration ; lorsque le but d’un individu interfère dans le but d’un autre individu, cela peut créer une dissonance cognitive.

Les causes externes de frustration impliquent des conditions environnementales comme une route barrée ou des tâches difficiles à accomplir.

Durant la frustration, certains individus peuvent exposer un comportement passif-agressif, compliquant ainsi la manière dont la frustration est parvenue à eux. Une réponse plus directe et plus connue est une propension à l’agression.

Ne fallait-il pas nous rafraichir la mémoire sur les « interdits » auxquels nous sommes assujettis chaque matin ? Ils nous rendent aigris !

Bien sur ! Qui ne s’offusque des impunités journalières subies du voisin, des jeunes du coin, du mendiant qui vous intercepte alors que vous êtes pressés, de la « parente » pauvre qui vous attend dans votre salon après une dure journée de travail ? Nul ne doit se plaindre. Santeu Yallah rek1 !

Parlons du travail, quelle galère ; que de frustrations, d’humiliations subies, de fierté ravalée, que de haine en « interne ».

On en arrive à envier nos braves domestiques – logées souvent, nourries surement, blanchies certainement – lorsqu’ à la pause, le forokh tiayya2 du coin devient votre déjeuner avec un bout de pain à l’aspect tout aussi douteux.

Pourtant quand on est au chômage, il est impensable de consommer pareilles « choses » ; forokh tiayya ? Berk ! Jamais ! Il ne faut jamais dire jamais.

Le chômage, parlons en. Il détruit une bonne partie de la population, laquelle gère de nombreuses frustrations au point de prendre des pirogues pour « devenir quelqu’un » ou mourir.

Les divorcées se prostituent – c’est le système, c’est du roky mi rokam3. Il fallait rester avec monsieur malgré les frustrations hum bonjour les dégâts ! Les jeunes et moins jeunes se droguent au yamba4 et boivent comme des polonais, il faut bien se défouler sur quelque chose si ce n’est pas sur quelqu’un.

Si le frustré ne se défoule pas sur quelque chose, il s’en prendra a un tiers… oui beaucoup de drames dus à l’intolérance, la méchanceté bref la frustration. Ne vous frottez surtout pas à quelqu’un qui n’a rien à perdre.

Nous reviendrons sur ce sujet qui est loin d’être épuisé ; eh oui, il faut bien que l’on trouve qui ou quoi nous transforment en dangereux frustrés.

(À suivre)

1 – disons seulement Dieu Merci !

2 – viande préparée et servie dans un grand bol par des vendeurs à qui l’on affuble ce nom par leur accoutrement a l’hygiène douteuse

3 – en langue pulaar signifie tu me donnes je te donne

4 – chanvre

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.