• Non classé
  • 0

LES SENEGALAIS DUBITATIFS SUR LE CAS DU PDS – IMAGES

Par Lissa Amadou Tidiane BA – Le parti Démocratique Sénégalais nous laisse perplexes, nous les sénégalais !

Plusieurs raisons nous laissent penser que le PDS ne s’oppose plus au pouvoir en place. Qu’en est il ? Deal ou connivence ? Etat de gratitude envers la bonne âme qui a libéré leur secrétaire général, le prince déchu Karim Wade ? Stratégie politique pour ne pas être vilipendée  par les perroquets du maquis (lisez Macky) ? Lassitude et désespoir de l’opposition qui n’est pas aisé surtout lorsque l’on a goûté aux délices du pouvoir ?

Modou Diagne Fada a d’ailleurs envoyé une pique bou saff* à ses ex-frères de parti pour leur empressement à répondre favorablement et promptement à la main tendue du chef de l’Etat.

« C’est quand même curieux que ceux qui m’accusaient hier de collaborer avec Macky Sall soient si pressés de répondre aujourd’hui à son invitation », avait raillé le leader des « Démocrates Réformateurs » après avoir claqué la porte du PDS.

Le PDS n’a pas seulement perdu le pouvoir au soir du 25 mars ; il se disloque aussi peu à peu. Il est devenu méconnaissable. Tant que  Karim Wade faisait l’objet d’un acharnement, il y’avait une sympathie naturelle émanant des sénégalais, une sympathie qui s’ est disloquée aussi un soir de … 23 juin ; le PDS a même perdu de sa superbe, vu les circonstances obscures dans lesquelles la libération de leur prince chéri est intervenue.

Tous, chez le pape du Sopi, hommes, femmes, jeunes, leaders, aboyeurs, tels que Bara Gaye et son successeur à la tête des jeunesses libérales Toussaint Manga, Amina Nguirane-Bathie Séras suspecté de fomenter des actes de violence, Me El Hadj Amadou Sall, Samuel Sarr, connus pour leurs discours musclés, Mouhamadou Lamine Massaly, Aïda Ndiongue, supposée être l’argentière du parti et donc détenant le nerf de la guerre et même le coordonnateur Oumar Sarr etc.. ont appris à se taire à Rebeuss.

N’deyssane*, affaibli, le PDS n’a rien pu faire pour empêcher Macky d’embastiller leur prince, de « saboter » Aïda MBodj ou contrer Modou Diagne Fada qui a réussi sa fronde sans dégât ; au contraire, il leur envoie même des m’belés* appuyés.

Il a fallu donc saisir avec beaucoup d’opportunisme l’offre de dialogue de Macky Sall pour finalement le supplier publiquement de lâcher du lest. C’était à l’occasion de la cérémonie d’ouverture du dialogue national au Palais. «Pour le cas de Karim Wade, dira le Coordonnateur du Pds qu’Oumar Sarr, nous pensons que vous pouvez nous aider. L’opposition vous respecte et reconnaît que vous êtes le président de la République, cela va de soi ».

Pourtant lorsque Idrissa Seck a dénoncé le dialogue – comme un prétexte, un accord tacite entre le PDS et le pouvoir, bref un deal tout court – pour libérer Karim Wade, rien ne le fut épargné : insultes en tout genre, calomnies exécrables, menace d’intenter en justice des dossiers fantômes… Les sénégalais ont compris aujourd’hui qu’il a eu raison sur tout et sur tous.

Idy qui a éventré le complot éclaire les sénégalais « comment appelez-vous autrement leur présence au dialogue de Macky Sall sur les conclusions du référendum qu’ils ont rejetées à nos côtés pendant toute la campagne référendaire ? »,

Qui peut nier que depuis l’ élargissement dans des circonstances non encore élucidées du prince Karim, son parti est dans une posture plutôt conciliante avec Macky Sall qui était naguère son pire ennemi ? C’est pourquoi les spéculations vont bon train comme quoi Karim Wade sera le successeur de Macky ; le prix à payer pour le PDS sera na noyy* oui tout doux !

Le PDS a même boudé les rencontres des leaders de l’opposition comme récemment au siège de Bok Gis Gis. Tout est beau dans le Maquis, et surtout ils sont aux aguets pour qu’ Idrissa Seck, le trouble fête se taise !

« Le Pds qui devait être la locomotive de l’opposition, en est le wagon », dira Abdou Khafor Touré le néo apériste. Ce n’est pas faux et puis, il faut bien qu’il leur laisse une gifle bien placée pour « mieux brouter » comme tout bon transhumant.

Le Rewmi d’ Idrissa Seck assume comme un grand sa place et son rôle dans l’opposition avec sobriété et vertu. Ces qualités ont été notre sucette pour élire le président Sall ; malheureusement, on le retrouve dans l’opposition digne et radicale. Ironie du sort sénégalais !?

karim libéré abdoulaye-wade41-600x420

Légende
*bou saff : ici pique salée
*ndeyssane : exprime la pitié, la compassion
*mbelé : faire un pied de nez à quelqu’un
*na noyy : tout doux, laisser tomber toute vélléité à l’endroit du pouvoir

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.