• Non classé
  • 0

Sénégal, Gambie : les négociations n’ont pas été parfaites

Les pourparlers entre autorités sénégalaises et gambiennes sont très mal partis. Pour ne pas montrer deux délégations se séparant en queue de poisson, les formules d’usages et de protocoles ont habillé les fortes divergences.

Au sortir de la rencontre, l’Ambassadeur du Sénégal à Banjul, le professeur Saliou NDIAYE, a bien voulu lire le communiqué final qui renseigne que les deux pays n’ont absolument pas les mêmes objectifs. Pendant que la Gambie cherche par tous les moyens à faire lever le blocus de la Transgambienne, le Sénégal cherche à se faire respecter par son voisin-intérieur.

Les transporteurs out

Les autorités sénégalaises n’ont jamais voulu mettre en avant leur rôle dans le blocus de la trangambienne. Au Sénégal, on a toujours considéré que ce sont les chauffeurs qui, non-contents de la décision des autorités gambiennes de faire passer le montant des droits de passage à travers leurs ferrys de 4 000 FCFA à 400 000 FCFA, ont décidé de boycotter. A Dakar, les autorités gambiennes ont pensé qu’en décidant d’annuler cette décision, le problème posé par les transporteurs sénégalais allait être résolu et le blocus levé. Mais, c’était sans compter sur le Sénégal qui a mis sur la table dix autres points qui tendent à renseigner qu’il cherche, au-delà de la levée du blocus, à laver les «affronts».

L’affaire Boy Djinné, un cas bloquant

Au démarrage des négociations, la ministre gambienne des Affaires étrangères, Neneh Macdouall GAYE, va préciser que son pays a décidé de lever la mesure d’augmentation du prix de la traversée de la Gambie pour les gros porteurs. Ce qui devait consacrer le dégel n’a pas empêché aux autorités sénégalaises de poser sur la table les autres points.

 Avec l’affaire Boy Djinné, la Gambie n’a pas seulement nargué le Sénégal. Elle a discrédité ses autorités. Le ministre de la Justice Me Sidiki KABA avait assuré, au lendemain de l’évasion de Baye Modou Fall, que le  fugitif allait être extradé dans les plus brefs délais. Le lendemain, la presse sénégalaise annonçait que Boy Djinné se la coulait douce en Gambie, où il était traité tel un héros. Pourtant, quand l’opposant gambien, Cheikh Sidia BAYO, a été désigné comme ennemi numéro 1 du régime de Yaya JAMMEH, le Sénégal l’a expulsé comme un malpropre pour ne pas froisser le président gambien.

En réponse aux Gambiens qui sont revenus sur la mesure d’augmentation du prix de la traversée, la délégation sénégalaise a demandé l’extradition de Baye Modou FALL alias Boy Djinné, afin qu’il puisse purger sa peine au Sénégal.

Pont sur le fleuve Gambie

Autre point soulevé avec le Sénégal et qui n’a rien à voir avec le mécontentement des chauffeurs sénégalais, c’est le pont sur le fleuve Gambie. Une préoccupation sénégalaise déjà affichée par les présidents Abdou DIOUF et Me Abdoulaye WADE sans que cela ne donne un début de matérialisation. En incluant l’érection de ce pont dans les négociations, le Sénégal montre qu’il est loin d’être pressé.

Et s’il fallait aux autorités sénégalaises autre chose que des gages de Yaya JAMMEH pour accepter la levée du blocus, la normalisation ce n’est pas demain la veille.

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.