SACREE YAYA : SAISON II – PAR Me C. KOUREYSSI BA

  • ck-ba

« Piquée » dans  les réseaux sociaux, une réflexion sur le volte-face de Yaya Jammeh : analyse froide mais pertinente d’une catastrophe post électorale :

Vendredi dernier, dans un bel élan chevaleresque qu’il échoit de saluer, il reconnaissait la victoire de Adama BARROW qu’il avait tenu à féliciter chaleureusement à travers une communication téléphonique filmée par la Grts…

Ce vendredi, il se dédit : non seulement il conteste les résultats officiels publiés par la CEI en appelant à la tenue d’un nouveau scrutin, mais en plus il verrouille le pays, éteint les lumières, oblige les populations terrorisées à se barricader et se re-proclame pour finir Président. « J’y Suis j’y reste ».

Que s’est-il passé pour que le président sortant refuse de sortir?

Pourquoi le président entrant aura le plus grand mal à entrer?

Qu’est-ce qui explique la toute fraîche promotion ce vendredi de 49 officiers supérieurs et généraux dans l’Armée, la Police et les services de Sécurité du pays?

Le Yaya JAMMEH souriant et détendu du 2 Décembre aurait-il enfin validé les états d’âme de tous ces chefs militaires, au point d’arborer ce 9 Décembre la mine déconfite et gênée d’un Général Babangida annonçant à la surprise générale l’arrêt du processus électoral au moment où, en ce 12 Juin 1993, le triomphe de Moshood Abiola dans les urnes était consommé ?

Quelle curieuse coïncidence ou impérieuse urgence explique la présence de Fatou Bensouda à cette conférence de Dakar ce vendredi précisément ?

À quoi s’attendaient finalement les justiciers auto-proclamés, les mercenaires de tous poils, les humanitaires à gages, bref, toutes ces personnes étrangères à la Gambie, mais aussi le président élu et les membres de la coalition vainqueur qu’ils ont entraînés malheureusement dans leur corrida vengeresse, en déclinant prématurément ce programme simpliste avec pour seuls mots d’ordre-slogans : reddition de comptes, Cpi, procès, prison, etc.?

Pensaient-ils vraiment, nos stratèges outrancièrement loquaces, que le rêve « jamméen » de reconversion dans l’agriculture serait plus fort que l’instinct de conservation allié à la nécessité de survie d’un régime traqué, poussé dans ses derniers retranchements et ayant le dos au mur, avec cette seule alternative existentielle : payer jusqu’au bout du bi du ban le tribut « démocratique » ou refuser l’humiliation?

Autant de questions pouvant fournir une bonne grille de lecture de ce dénouement inattendu mais rétrospectivement justifié.

Puisse Dieu inspirer les uns et les autres. Le Peuple frère de Gambie a exprimé tout seul sa volonté le 1er Décembre 2016. De la plus belle des manières. Sans rien demander. A personne.

Le génie gambien. Suffit donc. Pour apporter des réponses. Gambiennes! Aux problèmes. Gambiens!

Au tribunal de l’histoire on a déjà dressé la liste des incendiaires.

Me C.K. BA – Barreau du Sénégal

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.