• Non classé
  • 0

UNE REPONSE EMOUVANTE A LA LETTRE D’IDRISSA SECK A SES CONCITOYENS : A LIRE IMPERATIVEMENT !

REPONSE A MONSIEUR IDRISSA SECK

PRESIDENT DE REWMI
Président du Conseil Départemental de Thiés
Ancien premier Ministre du Sénégal

MONSIEUR LE PRESIDENT, CHER COMPATRIOTE,

J’accuse réception de ta lettre du 16juillet 2016. C’est la première fois que je reçois ton courrier. Je me suis dit, pourquoi ne m’avais tu pas écrit plus tôt et surtout de cette façon pour faire la lumière sur tout ce qui se pense, s’imagine, se murmure, se susurre, se fantasme, se dit et s’écrit et se lit sur toi. Parfois, je me suis dit : cet homme est -il un extraterrestre très différent de ses concitoyens dont le corps sert de circuit à toutes les maux du monde. Mais enfin, mieux vaut tard que jamais. Merci de m’avoir écrit…

Quel plaisir ! Quel honneur ! Quelle pertinence ! Et, surtout quelle plume ! Mais cette dernière exclamation n’est qu’une tautologie car pour trouver ceux qui caressent la langue de voltaire mieux que toi, il faudra rejoindre DE GAULLE quand il dit :« les chercheurs qui cherchent on en trouve, les chercheurs qui trouvent on en cherche ».On t’a souvent et toujours « cherché » plus que tout autre homme politique sénégalais, mais jusque- là, personne ne t’a encore judiciairement trouvé mort. Quel est ton secret ?

J’aurais souhaité recevoir plus souvent ce genre de courrier de la part des leaders intègres, pour comprendre et pour forger , dans un premier temps, ma responsabilité individuelle et, dans une deuxième étape la collective surcertainscomportements qui devraient fonder notre sociabilité, mais que la nature inhumaine du paysage socio- politique sénégalais se dépense à rendre volcanique et puante avec forces et faiblesses, fourberies et ses tartufferies, méchancetés et ses rivalités, hypocrisies et mensonges. Parfois tout simplement inexistante, cette sociabilité autour du respect de la dignité humaine. Hélas !

Monsieur le Président, parce que compatriote et simple citoyen, j’ai décidé de vous TUTOYER.
Je t’en veux un peu, Monsieur le Président. Parfois je me dis : tout ça est de sa faute s’il n’est pas encore Président. En cela, je me fais le relais de beaucoup de Sénégalais. Je traduis la pensée da la plupart des militants t’espéraient et te voyaient à la place de Macky..Non pas parce que tu es coupable des délits qu’on t’accuse, mais parce que tu as trop longtemps laissé faire, trop longtemps laissé dire, trop aidé et soutenu les autres dont un principalement. Suis mon regard…

Ce n’est que plus tard que j’ai compris que les menaces qui pesaient sur ta vie et celle de ta famille depuis que tu as osé, le premier, dénoncer la dévolution monarchique d’où résultent toutes ces accusations et adversités socio-poilitiques (chantiers de Thiès, atteinte à la sureté de l’Etat, protocole de REBEUSS, multiples comptes, 74 milliards et quoi encore…) ont profondément joué sur ta stratégie de communication et tes fréquentations.

Apparemment, Monsieur le Président, l’histoire judiciaire a retenu que vous avez eu un non- lieu total dans toute cette affaire, mais l’histoire politique, campée dans sa logique de calomnie, renie encore cette réalité.
Ensuite, je me suis dit : cet homme est le plus trahi de l’histoire politique du Sénégal et pourtant il est encore vivant comme si tu attends l’extinction du soleil des incompétents avant que le tien ne s’installe prochainement au zénith :

Tu as aidé Wade à devenir Président en investissant tes biens et en organisant lamarche bleue. Sa première et dernière gratitude : te sacrifier dans la froide chaleur de Rebeuss pour que l’histoire de l’obscurité politique se confonde avec ton destin sacrifié.

Tu as introduit MACKY auprès de WADE qui ne voyait en lui qu’un « looser », incapable d’émerger et d’exister politiquement : après avoir scié la branche sur laquelle tout le Sénégal, du politique aux paysans, t’a installé, Macky a sournoisement tiré le tapis sous tes pieds. Je te passe les détails beaucoup trop machiavéliques pour ne pas donner raison à la haine.

Tu as mis OMAR GUEYE ET PAPE DIOUF en orbite, une fois ministres, ils t’ont servi la plus grosse peau de banane en collaborant honteusement avec l’adversaire. Faut- il revenir sur tout ce que l’on sait sur vos rapports humains ?

Tu as fait confiance à un notaire et un avocat Maîtres NAFISSATOU ET OUSMANE SEYE dont la déontologie professionnelle si tant est qu’ils en savent la signification, ont vendu leur honneur « au marché aux postes » auprès du DRH Macky. Le protocole de REBEUSS passe toujours par eux, plusieurs fois, à des stations différentes, toutes les saisons et pour quelles raisons ? Est-ce pour toujours ?

Tu pensais qu’OMAR SARR était un ami,profondément intègre et digne de confiance au-delà de la sphère politique. Hélas, tu es encore victime d’un disciple de « l’Amicale des traitres » au gré d’une prochaine transhumance vers Macky, après avoir essuyé un revers mémorable auprès de MAITRE WADE : il te l’a joué à l’envers.

Tu as donné à MAME MBAYE NIANG, les premières envies et notions politiques, mais l’élève aux dents pointues est devenu le principal producteur de la haine anti- Idy juste pour plaire au prince. A- t- il seulement compris un seul de tes derniers messages pourtant ciblés ? Sait-il seulement qui il est ?

Tu as été la référence de l’école libérale du PDS vers un parti de conquête du pouvoir, la plupart de tes compagnons de route ont jeté ton honneur aux griffes de certains médias ou analystes- observateurs qui d’ailleurs, n’ont pas besoin de matières premières nouvelles lorsqu’il s’agit de toi. Le seul énoncé du prénom IDRISSA suffit à casser ton nom.

Permets – moi de ne pas être trop exhaustif, Monsieur le Président. Ce serait un honneur pour la centaine d’autres personnes qui n’attendent que cela. Mais sais-tu qu’il y a des millions d’autres compatriotes qui ont reçu ton courrier et qui ont très vite compris que tu n’es victime que du cannibalisme politique ? Ceux- là observent, intelligemment, en souriant et ajoutent : « Ah, pardonnez les, ils ne savent pas à qui ils ont à faire .JESUS , MOHAMED, MOISE , pourtant élus de DIEU , selon les religions ont aussi tout subi, mais ont toujours gardé la foi pour le même principe… »

Malgré tout… Ce n’est pas tout..

Tu as eu le temps de m’envoyer cette lettre en proposant un JURY D’HONNEUR après le CONSEIL SUPREME DE LA REPUBLIQUE. Personnellement et je me pose en additionnel, je pense que ce sont des idées révolutionnaires. Penses-tu que l’Etat sénégalais accepterait une proposition venant du principal opposant ? Dans un pays démocratiquement constitué où la République respecte la Nation oui. Mais dans cet ETAT mackysalliste dans un ETAT sans chef d’Etat, pas beaucoup de chance.

L’ Idysme et le rewmisme (une autre façon de faire de la politique dans et par sa dimension humaine), par opposition au mackysallisme fondé sur l’incompétence et le clientèlisme, leur font peur. Et quand je parle de rewmitude (comportements axés sur les principes républicains), ce sont tous leurs paradigmes qui vacillent au prorata des différentes composantes d’un gouvernement juxtaposé à une Assemblée victime d’elle – même. Ne t-ont-ils pas traité de menteurs, de mécréants et de…quand tu as été, comme toujours, le premier à parler de deal international. Qu’écrit le présent ? Que retiendra l’histoire ?

Monsieur le Président, il est des signes révélateurs des temps que l’histoire humaine, en l’occurrence politique, nous propose en tant que servitude, en nous imposant en tant qu’acteurs. Mais seuls ceux qui savent la servir pour servir de façon responsable et plus ou moins désintéressée ont souvent tort aux yeux des autres quand ils ne rentrent pas dans le fourneau de la contagieuse complaisance.

Ce sont ceux- là qui constituent le cercle restreint des héros aimés ou détestés, mais toujours constants. Dans ta constance, tu déranges le politiquement négocié et accepté, provoques des haines, et cristallises les ondes négatives de l’adversité.

Mais cher Président, toi qui ne sors pas des entrailles de Jupiter, toi qui as toujours été un éveilleur imperturbable de consciences et d’alerte, tu dois te rendre à l’évidence (tu n’as pas besoin de moi pour ça), que depuis que le monde respire et transpire, le premier qui a raison a toujours été rudoyé, parfois marginalisé ou tout simplement « assassiné ».

Le retour d’expérience sur l’histoire politique du Sénégal que tu connais au bout des cils, le rude et parfois tortueux combat pour l’ouverture démocratique, l’avènement du multipartisme, les conséquences de la transhumance enterrant les nobles morales et éthiques…l’attestent amplement.

Tu as avalé des couleuvres, enduré des vexations, dit et contredit de toutes les façons, par n’importe qui, n’importe où, pour n’importe quelle raison.
Et pourtant, tu « ETRE » toujours là. Comment fais tu?
Ah, j’ai compris, tu as lu MONTESQUIEU « la politique consiste à rendre possible ce qui est nécessaire » : tu aimes ton pays que tu veux servir, donc tu sais ce qui est nécessaire.
Voilà, Monsieur le Président, merci de m’avoir accordé un moment de ton restreint temps. En attendant ton prochain courrier, les derniers événements concernant le deal et l’auto-saisine avortée du procureur, m’autorisent à dire : comme toute activité humaine quand la politique se déshabille de sa part d’honneur et d’éthique, l’homme se vide exponentiellement de son essence.

Il ne lui reste plus grand-chose dans la considération divine et devient minuscule aux yeux des citoyens.
RESTE COMME TU ES, PRESIDENT !

Moustapha Dramé
SG ET PORTE PAROLE DE REWMI FRANCE.
PARIS LE 20/07/2016

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.