COMMENT CES PRESIDENTS DECHUS SONT SALIS PAR DES SOURCES NON IDENTIFIÉES

  • habre tribunal

Par Lissa Amadou Tidiane BA – Outre une quantité inestimable de lingots d’or et des billets de banques qui rempliraient toute une pièce, le babaly mansa (surnom que s’est attribué Yaya Jammeh himself, ex président de la République de Gambie), aurait laissé une grosse quantité de … drogue. De là on peut comprendre que Jammeh était aussi un narco trafiquant notoire et… un consommateur

Enfin, depuis qu’il a quitté sain et sauf la terre de ses ancêtre comme il surnomme affectueusement la Gambie, le président déchu et « chassé » sous la menace des assauts de la Cedeao, n échappe pas au lynchage médiatique, qui sur son détournement des caisses de l Etat, qui sur ses pratiques mystiques, qui sur ses crimes atroces, et ses intentions d empoisonner à l’air toxique le palais présidentiel (qu’il a quitté bien malgré lui. Ses révélations touchent même sur sa vie privée jugée malsaine dès lors qu’on lui attribuait une assistante (D. Jammeh ) chargée de lui « ramener de la chair fraiche » après avoir écumé les boîtes de nuit à la recherche de jolies filles pour le dictateur sanguinaire (sic) de Banjul. Yaya paraît il était aussi un adepte de très jeunes et jolies filles.

N est ce pas du déjà vu et entendu? Que n a t’on pas entendu sur Khadaffi lâchement traqué et massacré par des puissances étrangères? Ne disait on pas que le congélateur du « cruel » Idi Amin Dada était rempli de chair humaine destinée à sa propre consommation ? Et Mobutu et Bokassa quid des autres présumés diables tels que Hissene Habre qui ne cherchait qu une retraite paisible au pays de la… Teranga? 

Convenons qu il y a cabale contre Jammeh. Si, comme l a annoncé le ministre sénégalais des affaires étrangères Jammeh ne jouit d aucune immunité. Il pourrait être poursuivi et condamné pour une longue liste de crimes commis sous son règne totalitaire pourquoi cette guerre de communication qui égare davantage l innocent Barrow.

Jammeh avait un régime totalitaire certes mais pour beaucoup, il est loin du diable qu on lui prête comme jumeau et sosie. Voyez vous, ces présidents patriotes ont une faiblesse : ils aiment trop leur race et leur patelin. Aussi sous l ère Jammeh point d agression et de perversion en Gambie, les populations ont été beaucoup plus disciplinées que leurs voisins qui leur enviait ce guide intransigeant ! Cependant. le problème de ces guides est qu ils se croient indispensables, aimés alors qu ils sont craints. Ces présidents ne veulent pas non plus quitter le pouvoir alors que la maturité sociale des populations ne supporte plus « ces pères de nation ».

FB_IMG_1485740471611FB_IMG_1485740462725FB_IMG_1485740455659

Le cannibale Idi Amin Dada

A en croire au chef cuisinier d’Idi Amin : le Kényan Otonde Odera dont les aveux sont publiés en 2006, le président ougandais ne conserve rien d’étrange au réfrigérateur : ni les têtes, ni le foie humain et ne mange jamais la chair humaine.

Il est peu probable que le cuisinier mette hors de cause son ancien maître car il évite par miracle la mort pendant la présidence d’Idi Amin. Accusé de tentative d’empoisonner le président, Otonde attend pendant plusieurs jours l’exécution en prison avant d’être mis en liberté.

Malgré cette triste expérience, Otonde Odera raconte plus tard qu’il aime travailler chez Idi Amin. « Il me confie ses repas après le renversement du président Milton Obote pour qui je préparais les plats depuis 1962 », se souvient l’ex-cuisinier présidentiel en décrivant Idi Amin comme un maître généreux et bienveillant envers ses valets.

En ce qui concerne les goûts gastronomiques du dictateur, son cuisinier assure qu’Amin mange des plats habituels en préférant le pilaf de riz aux épices. Il aime en général la cuisine musulmane et ne boit jamais d’alcool. Idi Amin est un musulman zélé ce qui suscite des doutes en ce qui concerne son cannibalisme.

La question à qui profite ce crime communicationnel ? Dans le cas Jammeh, le principal bourreau est identifié et fait face actuellement a des séries de revers diplomatiques car encore jeune et expérimenté, chanceux ou énigmatique, l ex homme fort de la Gambie compte de vrais alliés.

Retenons toutefois qu une fois qu ils quittent le pouvoir et après que les populations finissent de chanter victoire, la dure réalité les rattrape forcement car celui qui les couvait trop, celui qui aimait bien et châtiait bien était finalement mieux pour leur sécurité, leur économie et leur bien-être.

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.