• Non classé
  • 0

Les plaies du référendum resteront intactes

L’histoire retiendra la plus grande « escroquerie » politique du Sénégal en l’organisation du référendum du 20 mars dernier.

Non content de « bousculer » ses opposants en quelques trois semaines pour battre campagne, le pouvoir sénégalais s’est en plus permis de dilapider le trésor de plusieurs millions de francs, voire milliards pour faire adhérer les sympathisants et surtout les récompenser pour leur allégeance au « OUI » qui était de composition chétive au départ. Et il le restera : seul 38 pour cent des sénégalais ont voté !

Et oui ! le général des forces de l’APR n’ a pas lésiné sur les moyens pour ce référendum : ce n’est plus un secret.

Seulement cette posture débridée de son Excellence, SMS, a déplu plus d’un patriote.

La rupture tant espérée par le peuple et tant promise par lui-même est devenue une autre déchirure d’avec ses administrés que nous sommes.

Quelques exemples des déceptions indélibiles infligées à la population et aux leaders de l’opposition ou même aux alliés du pouvoir qui penchaient pour le NON- pourraient garder les plaies à peine béantes.

Lorsque Karim Wade, de sa géôle, avait incité à refuser le projet des 15 points, il s’est vu tancé et a subi des attaques à relents raciste de la part de Youssou NDour qui lui rappellait qu’il « n’était pas sénégalais et de laisser les sénégalais approuver la nouvelle constitution du président ».

Balla Gaye, Modou Lô, de sympathiques lutteurs ont fait preuve de couardise en accompagnant le pouvoir dans ses caravanes « sans savoir pourquoi si ce ne sont les avantages d’être avec le puissant, l’Etat avec ses privilèges ». Ils répondront certainement de leur acte.

El Haj Diouf, l’ancienne star du football, s’est subitement dopé comme atteint d’une schizophrénie pouvoiriste. Il en est de même pour les bouffons de certaines chaînes de télé qui ne se retenaient plus lorsqu’il fallait flatter le OUI et l’égo du chef du l’Etat.

Certifiés comédiens, votre serviteur ne leur fera pas l’honneur de citer leur nom dans des affaires d’Etat sérieuses comme la gestion de la cité, la politique.

Les affiches que le Ministère de l’Intérieur avait conçues pour le référendum du 20 mars dernier portant l’inscription «Un peuple un but une foie» outre la faute monumentale « foie » qui avait irrité plus d’un ont couté 199 millions de FCFA au contribuable. Libération nous renseigne que ces « affiches scandaleuses »parle d’un marché de gré à gré confié à 3S communication qui a vu le jour il y a à peine un an.

La liste est longue, les déceptions du référendum sont infinies surtout qu’il ya eu un ring post référendum car tous les leaders qui se battaient pour le refus de valider les points (difficiles à comprendre par ailleurs) ont subi la foudre de sa majesté ou de ses ouailles ; Barthélémy Diaz, Aïda MBodj, Khalifa Sall, pour ne citer que ceux là se sont vus « arracher » des perspectives et des responsabilités.

« Touche pas à ma constitution », qui avait valu le sanglant 23 juin 2011, n’était il pas une « guerre » pour ne plus modifier la constitution ?
Lorsque, dans des lendemains meilleurs, s’il Plaît à Dieu, nous évoquerons Macky Sall, nous n’oublierons jamais le référendum le plus inutile et le plus coûteux qui ait jamais existé au Sénégal, d’ici là nous ne pensons pas qu’il puisse exister pareille escroquerie publique et politique aussi vile sous nos cieux. Je n’évoque même pas les denrées et les billets de banque offerts pour les achats de conscience mais le ton était moqueur, la communication menacante et remplie de défi pour les réticients.

Les écrits témoigneront, les déçus et les victimes du OUI ne seront pas en reste.

Les méthodes pour faire passer la pilule du OUI ont déplu quoiqu’il puisse nous donner comme boisson.

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.