• Non classé
  • 0

MOUSTAPHA DIAKHATE ACERBE AVEC Me OUSMANE NGOM : « QUAND MAMADOU DIOP FUT TUE, TU ETAIS LE MINISTRE DE L’INTERIEUR… »

La sortie de l’ancien ministre de l’Intérieur sous Wade, qualifiant l’emprisonnement de Karim Wade d’affaire politique, n’est pas pour plaire au président du groupe parlementaire Bennoo Bokk Yaakaar (Bby). Dans un communiqué en date d’hier, Moustapha Diakhaté estime que le nouveau souteneur de Macky Sall «immole la vérité» en tenant de telles allégations. Il a en outre estimé que si M. Ngom avait été suivi, il n’y aurait pas eu de deuxième alternance.
«Karim ne serait jamais en prison. Depuis le départ, j’ai dit que cette question là, est éminemment politique et qu’il fallait une solution politique». Tels sont les propos de l’ancien ministre de l’Intérieur sous Wade, tenus lors du lancement de son mouvement national, “Libéral ca kanam”, qui ont mis hors de ses gongs le président du groupe parlementaire Bennoo Bokk Yaakaar. Dans une note en date d’hier, lundi 13 juin, Moustapha Diakhaté soutient en effet que «Ousmane Ngom immole la vérité» en tenant de tels propos. En effet, pour le député apériste, penser que l’arrestation du fils de l’ancien chef de l’Etat relève d’une affaire politique, «c’est à la fois une contrevérité et une  insulte à la Coalition Macky 2012 et à son candidat à la dernière présidentielle». Poursuivant, le responsable politique du parti au pouvoir trouve aussi que le fait de considérer la traque des biens mal acquis comme une affaire de faucons «est aussi une honteuse profanation de la vérité et une inacceptable falsification de la lutte du peuple sénégalais pour la probité publique».
Pour cause, Moustapha Diakhaté a fait remarquer que la traque des biens mal acquis et la lutte contre l’impunité représentent une exigence populaire. Qui plus est, selon lui, c’est en réalité «la mise en œuvre d’une promesse électorale du candidat Macky Sall». A l’en croire, dans le programme de campagne du président Macky Sall, alors candidat à la succession d’Abdoulaye Wade en 2012, le chef de l’Etat «s’était engagé à prendre des mesures fortes pour s’attaquer, une fois élu, à la corruption et aux détournements de deniers publics».
Estimant en outre que l’actuel souteneur de Macky Sall a été «le ministre de l’Intérieur le plus répressif du Sénégal indépendant», le député apériste a indiqué que si M. Ngom avait été suivi, non seulement il n’allait pas y avoir de personnes en prison pour la traque des biens mal acquis, mais aussi que le projet de la première dévolution familiale de la présidence de la République au Sénégal, n’allait pas être mis en échec. Pis, selon lui, «c’est vrai, si on avait suivi Ousmane Ngom, il n’y aurait pas la deuxième alternance au Sénégal».
Pour autant de raisons, le protégé du président de la République estime que «Ousmane Ngom est libre de vouloir soutenir, même très tardivement, le Président de la République mais il ne doit pas insulter les dignes compagnons de lutte de celui-ci». Qui plus est, à son avis, tenir de telles allégations pousse à croire que «Ousmane Ngom porte le combat de ceux qui accusaient son «nouvel ami» de règlement de compte politique contre Abdoulaye Wade et sa famille».

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.