• Non classé
  • 0

MACKY SALL NE SE HASARDERA PAS DANS UN BOURBIER JUDICIAIRE – PAR LISSA AMADOU TIDIANE BA

L’APR ET « CEUX QUI AIMENT BIEN IDRISSA SECK » ONT TROP EPAISSI LA SAUCE PROTOCOLE – RESULTAT : LE PATRON VOMIT ET REJETTE TOUT METS JUDICIAIRE EPAISSI A CE BOUT DE PAPIER QU’AURAIT SIGNé IDRISSA SECK

L’agitation avait atteint son paroxysme de maladie tellement la haine s’était melée à la clameur animale des dénonciateurs. Malgré leurs propos doucereux, tous, sauf Youssou Touré (qui a viré à 360°) et Samuel Sarr qui se sont sûrement défoncés avant de prendre le micro pour insulter Idrissa Seck.

L’ audition de l’ancien ministre de l’Energie Samuel Sarr, insulteur immonde, annoncée mardi dernier à la Sûreté urbaine a été reportée sine die. Aujourd’hui, nous savons que tout sera annulé mais pas reporté.

En mettant en marche la machine judiciaire, le procureur de la République allait se retrouver dans une voie sans issue qui aurait condamné le régime aux railleries des hommes politiques et de la Société civile. Même s’il n’est pas juriste, Macky Sall sait qu’il est presqu’impossible de faire auditionner tous les acteurs de ce «deal».

Me Abdoulaye, et Idrissa Seck, considérés comme les cerveaux de cette affaire, bénéficient de privilèges de juridiction. Les intermédiaires du «Proto­cole», Mes Ousmane Sèye et Nafissatou Diop Cissé, des auxiliaires de justice, sont aussi protégés par la loi. Il doivent avoir une autorisation de l’Ordre des avocats pour auditionner l’avocat de l’Etat dans le dossier des chantiers de Thiès.

Le ministre des sceaux désavoué

Au retour de Macky de Kigali où il a participé au sommet de l’Union africaine, Macky Sall a demandé à son garde des Sceaux de laisser ce dossier dans les limbes de l’oubli. Un désaveu de son ministre, garde des sceaux qui n’a pas su mesurer l’impact d’une telle démarche.

Pour Macky Sall, Me Sidiki Kaba, avocat de Idy à l’époque des chantiers de Thiès, a manqué de discernement en précipitant le Parquet dans un bourbier judiciaire certain.

Le parti au pouvoir a initié ce débat houleux mais ils ont du mal à comprendre l’ampleur du dégat que causerait la preuve et donc publication et verdict de l’innocence du leader de l’opposition, qu’est devenu Idrissa Seck, donc incontournable dans les décisions du Sénégal.

Dans un tel procès, l’accusé ne se laissera pas faire : certains secrets lourds – qui gagneraient à être conservés dans le ventre libéral – pourraient éclabousser le régime.

Ce débat « n’a donc aucun intérêt et je n’amerai pas me prononcer là dessus » dixit le président Sall, qui loin de calmer jeu montre encore une fois la fuite d’une responsabilité certaine dans les sorties des différents insulteurs tels que Youssou Touré. Ne serait-ce pour être plus « juste », Macky aurait dû prononcer « je suis désolé pour ce pugilat verbal envers Idrissa Seck » afin de montrer sa neurtralité. Avouer son désintérêt l’éloigne de la neurtralité dans tout ce qui concerne les « vilaineries politiques ».

Rassurez vous, Monsieur le Président, ceux qui s’opposent – du moins ceux qui sont dans l’opposition radicale sans dialogue compromis d’avance – ont un programme et une vision nette de ce qu’ils veulent faire du Sénégal.

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.