L’AFP: CHRONIQUE D’UNE DÉCADENCE POLITIQUE ou LA RANÇON SÉVÈRE DES ERREURS POLITIQUES…(1ère partie) – PAR MOUSSA N’DAO

  • 1497381305125

Portée sur les fonds baptismaux en 1999 à la suite du départ fracassant du père fondateur et leader, Moustapha Niass , du PS après celui de Djibo Kâ président de l’URD, l’Alliance des forces du progrès, après avoir tutoyé les cimes, est en train de sombrer inéluctablement vers l’extinction.

Pourquoi cette descente progressive aux enfers après avoir cristallisé autant d’espoir et suscité tant d’engouement? Comment, en moins de deux décennies d’existence sur l’échiquier politique national, L’AFP est-elle passée de la gloire euphorique à la disgrâce quasi-totale? Quels sont les facteurs explicatifs de l’effritement de son image ou de l’érosion politique du parti ainsi que la ruine de sa visibilité?

Voilà autant d’interrogations dont l’explicitation au crible de l’analyse politique et sociologique et du réalisme politique permet d’appréhender sous toutes ses coutures et dans toute sa dimension la décadence d’un parti pourtant promis à un bel avenir.

En entreprise comme en politique, les erreurs stratégiques se paient cash et sans délai.
Ayant réussi l’extraordinaire prouesse de fractionner l’électorat du PS et contribuer grandement à donner naissance à un second tour historique inscrit d’une encre indélébile dans les annales politiques du Sénégal, l’AFP a catapulté sans condition et sans calcul le PDS à la tête du pays. Tout le contraire d’un Djibo Kâ perdu dans ses calculs scélérats et dont l’unique mérite est d’avoir radicalisé un peuple assoiffé d’alternance après quarante ans de règne socialiste sans partage.

-Première bourde…
Nommé premier ministre par le président de la République Wade, Niasse présentera son discours de politique générale sans permettre à l’hémicycle d’engager les débats sur sa déclaration solennelle d’intention arguant qu’il doit se rendre aux USA pour inscrire sa fille.
Vrai ou faux, le prétexte servi est trop léger pour justifier une rencontre sans débat vivement dénoncée par la nouvelle opposition. Effectivement, ce fut une erreur stratégique que d’aucuns ont interprété comme une fuite en avant d’un individu irascible et allergique à la critique.
Après un an de séjour à la primature ponctué de relations heurtées avec certains ministres du PDS, l’AFP retrouve les rangs de l’opposition avant de vivre la débâcle mémorable aux présidentielles de 2007 ainsi que le départ massif de nombreux cadres et de jeunes suite au boycott des législatives mais également des problèmes aigus de démocratie interne.

Ce fut le début du chant de cygne qui entonne la descente irrémédiablement aux enfers d’un parti que tout, pourtant, prédestiné à un avenir radieux…

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.