• Non classé
  • 2

JEUNE AFRIQUE REVELE LE DEAL POUR LA LIBERATION DE KARIM WADE

REVELATION DE JEUNE AFRIQUE : « Le jour de la libération de Karim, Macky a reçu le Procureur Général du Qatar pour caler les derniers détails »

Depuis vendredi, lendemain de la libération de Karim Wade, les communicants du Palais et autres membres du gouvernement font des sorties pour réfuter toute idée de « deal » et dégager la responsabilité du président de la République sur le voyage inattendu de Karim Wade au Qatar. Comme s’ils prenaient les gens pour ce qu’ils ne sont pas, ils feignent ignorer l’existence de l’avion et les raisons du voyage précipité de Wade-fils.

Mais le canard de Béchir Ben Yahmed vient mettre du sable dans leur couscous. En effet, « Jeune Afrque » revient dans un article à paraître demain sur la libération de Karim Wade. Dans un article intitulé « Wadexit: mode d’emploi », le correspondant du journal panafricain à Dakar, citant une « source qui a suivi le processus », révèle que c’est le 22 juin, la Présidence de la République du Sénégal a prévenu Doha que la grâce était imminente ». Aussitôt, le procureur général de l’émirat a été dépêché à Dakar en avion spécial. Le 23 juin vers midi, le procureur général était reçu en audience par Macky Sall pour caler les derniers détails de la libération.

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

2 Responses

  1. Babacar Mbaye dit :

    A la décharge de Karim, notons que c’est Macky et le gouvernement du Sénégal qui avait besoin de ce manège pour le sortir car lui n’a jamais voulu d’une grâce et d’ailleurs n’a jamais reconnu ce tribunal qui l’a condamné. Les journalistes que vous êtes doivent pouvoir livrer l’information sans amalgame. Je rappelle que Macky Sall lui même avait noté que la CREI (cour de répression de l’enrichissement illicite) n’est pas conforme aux principes du droit au Sénégal, alors quid de ses décisions? Voilà un des motifs de libération de Karim par le gouvernement qui avait plus besoin de se libérer vis-à-vis des organisations de droit de l’homme qui ont tous dit « oui à la traque des biens mal acquis mais dans une justice équitable ».. Par ailleurs, la rédition des comptes doit s’appliquer à tous les dirigeants de nos pays dont les ressources ont été pillées depuis l’indépendance pour des intérêts personnels.

  2. Siato dit :

    Ya pas de sens où es l deal que vs avez parlé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *