IDRISSA SECK EST À RÉHABILITER – PAR CHERIF BEN AMAR NDIAYE

  • idyy

Idrissa Seck a été accusé à tort et à travers, sans jamais prouver ni justifier le moindre grief contre lui sous le régime de Wade. Il avait beau crier au complot politicien, à la manipulation de la justice et à la dévolution monarchique, pour sa liquidation politique, l’opinion n’en avait cure et l’avait blâmé pour avoir fait preuve de magnanimité en retournant auprès du « père adoptif » pour le ramener à la raison.

Il avait alerté sur la dérive dynastique du régime ou l’accaparement familial du pouvoir et sur le danger périlleux de la manipulation de la constitution par la ruse malsaine du « waax waxete » pour se maintenir au pouvoir. Il fut sanctionné malgré tout aux élections de 2012.

Il se retira avec un courage désintéressé, en esprit visionnaire, du panier de crabes de Benno Bok Yakaar, pour dénoncer la tournure absolutiste du mackysallisme en gestation. Cette défiance lui value la perte de ses ministres opportunistes. L’opinion déroutée et toujours en retard sur sa vision, lui rétorqua son scepticisme, aidée en cela par la presse partisane du régime actuel.

Face à Macky aujourd’hui, comme hier affrontant Wade plus téméraire et plus redoutable, Il reste constant dans son combat pour les valeurs et les principes, avec ses vérités coraniques en bandoulière. Voulant toujours combattre «ndioublang » et aider « goorgolu », servir son peuple et non se servir. Malgré tout, cette même opinion publique reste dubitative et figée sur les fausses accusations fomentées par les deux acolytes qui se sont succédés au pouvoir, l’un contre l’autre et malgré eux, pour le malheur des sénégalais. Mais il y a des signes qui ne trompent pas. Ses signes divins qui déclenchent et enchevêtrent les causalités pour produire des situations effectives favorables à la réalisation de la vérité qui finit toujours par supplanter le faux.

« Macky Sall a tous les défauts de Wade et aucun de ses talents », avait averti Idrissa Seck, dans l’indifférence de l’opinion formatée à rester inaudible à ses présages. Qui aurait cru en 2012 que Macky ferait pire que Wade en matière de politique politicienne, de mal gouvernance, de népotisme familial, de recul démocratique, d’autoritarisme…etc. Le régime mackyen, c’est du wadisme écervelé et impétueux, avec l’incompétence et le déshonneur de la parole donnée et des engagements trahis.

Nous assistons aujourd’hui à l’exécution d’un plan ourdi dans les officines présidentielles pour détruire toute opposition politique et anéantir tout opposant susceptible d’empêcher sa réélection. Tous les moyens politiques et institutionnels sont mis en branle dans ce but. Ses bras armés dans le gouvernement, ses députés affidés, ses juges faire-valoir, ses marabouts courtisans, ses partisans pouvoiristes, ses transhumants zélés et tous ceux qui participent à la bamboula du pouvoir, sont dressés et engraissés pour lui assurer un second mandat, envers et contre tout. Il s’est doté d’une arme de corruption massive, ses fonds politiques, sa « caisse d’avance » estimée à 40 milliards amassés en 5 ans. Macky est aujourd’hui plus puissant que ne l’était Wade. Mais il n’est grand que parce que l’opposition est à genoux. A moins de 5 mois des législatives, en son sein, encore pas de traces de coalitions unitaires et aucune esquisse de programme alternatif, rien que des postures d’égo et des regards en chiens de faïence. Pendant ce temps, après avoir « exilé » Karim et après avoir embastillé Khalifa Sall, deux prétendants sérieux pour le battre, il sillonne le pays, paradant en campagne électorale déguisée en tournée économique, aux frais des contribuables.

Il est temps pour Idrissa Seck de reprendre ses combats d’avant-garde et d’incarner le leadership de l’opposition, pour aller à l’assaut du « château pharaonique ». Après Karim et Khalifa, c’est lui la prochaine cible majeure à abattre pour les mackyens. Les déserteurs de son parti, ses détracteurs habituels enrôlés dans l’armée mexicaine APR-Benno et les taupes de Macky tapis dans l’ombre à Thiès seront réactivés pour cuisiner des « affaires fallacieuses » à lui servir. Ils ont déjà amorcé des tentatives comme ballons de sonde, ils reviendront à la charge. Mais si Wade n’a pas réussi ses diableries contre lui, celles de Macky seront vouées à l’échec. Le cas échéant ce sera le signe du destin qui n’aura désigné Macky que pour lui ouvrir les portes du palais. Qui d’autres dans l’opposition peut se prévaloir d’un palmarès électoral mieux fourni pour un destin présidentiel ?

Les événements de l’actualité politique devraient permettre de lever le voile des yeux du peuple et de dissiper ses préjugés portés sur Idrissa Seck. Les faits témoignent aujourd’hui qu’il fut et reste encore victime de délit d’opposant et d’opprobre injuste parce que l’on sait dorénavant que l’appareil d’Etat peut être instrumentalisé pour combattre un opposant. Karim Wade, Khalifa Sall, Abdoul Mbaye, Ousmane Sonko entre autres, n’infirmeront pas cette réalité et ne sont pas plus épris de justice et d’éthique que lui pour servir le pays. Voilà pourquoi il faut réhabiliter Idrissa Seck qui a enduré d’une belle endurance telle que recommandée dans le Livre saint.

Source : Les-rewmistes.org

 

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.