• Non classé
  • 0

Pourquoi les femmes sont elles si méchantes entre elles ? 1 ère partie

Pourquoi les femmes aiment bien critiquer les autres et pratiquer le slut-shaming  ? Le magazine américain The Atlantic a cherché la réponse.

Vous avez probablement déjà vu deux jeunes femmes critiquer à mi-voix les « trop grosses fesses » d’une autre nana. Ou chuchoter, d’un air un peu dégoûté : « XXX, tous les mecs lui sont passés dessus ». Le magazine américain The Atlantic a cherché à comprendre pourquoi les femmes critiquent la tenue ou l’apparence de leurs camarades et pratiquent le slut-shaming (fait d’accuser d’autres femmes d’avoir des mœurs trop légères).

Premier indice : une étude de psycho réalisée dans l’Ontario. 86 jeunes femmes (de 20 à 25 ans) ont été divisées par groupes de deux. On fait croire à ces cobayes qu’elles vont participer à une expérience sur l’amitié. Mais soudain, une autre femme interrompt le processus : dans certains cas, il s’agit d’une personne aux cheveux attachés et portant un vieux t-shirt bleu. Dans d’autres, il s’agit de la même personne, mais en mini-jupe avec un décolleté plongeant. Conclusion : les cobayes se montrent beaucoup plus sarcastiques et lèvent sensiblement plus les yeux au ciel face à l’irruption de la jeune fille considérée la plus sexy

Autre expérience : on montre aux cobayes trois photos. Sur l’une d’elles, la perturbatrice en version « sobre », sur la deuxième, la perturbatrice en version « sexy », et sur la troisième, la perturbatrice en version « sexy » mais rendue obèse par Photoshop. « Présenteriez-vous cette personne à votre petit ami ? », leur demande-t-on alors. Trois fois plus de jeunes filles sont d’accord pour présenter la jeune fille perçue comme « sobre » que la perturbatrice « sexy », voluptueuse ou non. En clair, les femmes n’aiment pas celles qui sont en mini-jupe – slut shaming en vue. Pourquoi ces mécanismes ? Les explications divergent. Certains psys y voient une compétition darwinienne, où les femmes se sentiraient menacées par l’irruption d’une jeune fille « sexuellement agressive » pouvant potentiellement leur piquer leur partenaire. À l’inverse, une étude britannique montre le poids de la société et de ses préjugés.

On acquiert malheureusement assez tôt l’idée suivante : jeune femme en mini-jupe = jeune femme facile. Autre construit : on apprend aux petites filles à ne pas se battre pour régler les problèmes (les mecs, eux, ça les rend soi-disant virils). Les femmes se tourneraient alors vers le verbe acerbe, seul moyen de défense socialement accepté.

Pensez à ce débat scientifique et philosophique la prochaine fois que vous voyez deux femmes « bitcher » sur un banc public.

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.