DROGUE : LE TRAFIQUANT NIGÉRIAN QUI AVAIT « FAIT RADIER » LE COMMISSAIRE CHEIKHNA KEITA, PERSISTE ET SIGNE

  • COM KEITA

L’affaire de la drogue au sein de la police refait surface. C’est cette « affaire » qui avait valu au commissaire Keita, à l’époque directeur de l’OCRTIS, sa radiation.

Le Nigérian Raymond Ike Akpo, plus connu sous le sobriquet d’Austin a comparu hier à barre de la Chambre criminelle de Dakar pour les faits de trafic de drogue et de corruption accuse toujours Cheikhna Keita, le commissaire radié.

En réalité, le nigérian Austin n’a cessé d’enfoncer les anciens directeurs de l’Office central de répression du trafic illicite de stupéfiants, Abdoulaye Niang et Cheikhna Keita depuis le début de l’enquête préliminaire comme devant le magistrat instructeur. Il argue que Cheikhna Keita, ancien Directeur de l’Octris qui l’avait arrêté à l’époque, lui avait remis 50 g de cocaïne pour 500 000 FCFA. Cette somme devait servir pour le financement de l’activité musicale des enfants du commissaire Keita.

Ce que le commissaire Keita a battu en brèche. Pour se défendre, l’ancien directeur de l’Octris soutient que Raymond lui a rendu la plaquette contenant les 50 g de drogue après avoir fait la copie.

Cette affaire avait secoué l’administration de la Police avant de conduire à la radiation du commissaire Cheikhna Keita. Lequel avait, à l’époque, déclaré qu’il y avait un vaste réseau de trafic de drogue dans la Police.

Devant le prétoire, l’accusé a directement désigné  Cheikhna Keita, ancien Directeur de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCTRIS) qui l’avait arrêté à l’époque. D’emblée, Austin a reconnu les faits qui lui sont reprochés en déclarant avoir vendu 50 kilogrammes de drogue destinés au commissaire Cheikhna Keita pour le financement de l’activité musicale de ses enfants.

A l’en croire, il voulait prendre les nouvelles du commissaire qu’il dépeint comme son ami. Mais, quand il a appelé sur le téléphone, c’est le commissaire Cheikhna Keita qui a décroché. Ce dernier l’a informé de la mutation du commissaire Niang. « C’est ainsi que j’ai fait la connaissance du commissaire Cheikhna Keita et on s’appelait au téléphone tous les jours », a révélé l’accusé qui renseigne qu’avant son arrestation, il avait joint le commissaire Keita qui séjournait en Russie pour lui demander de lui acheter des parfums de classe. Ce qu’il avait fait à l’époque. Car, se rappelle-t-il :

« A son retour, il m’a appelé chez lui pour me remettre les parfums. En plus, il m’avait donné un paquet contenant 50 grammes de cocaïne. Il m’avait demandé de le mettre en rapport avec une personne qui pourrait, moyennant 500 mille francs CFA, écouler cette quantité de drogue dans le marché noir, sans tambour ni trompette. » Le Nigérian a tout de même battu en brèche le délit de corruption de 20 millions de francs CFA qui a été retenu à son encontre. S’il a reconnu avoir eu des transactions avec le commissaire, il a lavé à grande eau le commissaire Niang en soutenant qu’il entretenait avec ce dernier des relations sereines et qu’ils n’ont jamais parlé de vente ou d’achat de cocaïne.

Dans son réquisitoire, le maitre des poursuites, revenu largement sur les faits,  a indiqué qu’ils ne souffrent d’aucune contestation. Ainsi, en plus de la peine ferme, il a requis contre l’accusé une amende de 10 millions de francs CFA et l’interdiction de séjour. Un réquisitoire jugé très sévère par les avocats de la défense. Lesquelles ont soutenu que l’accusé ne devrait pas être seul devant le prétoire. Les robes noires ont par ailleurs indiqué que le dossier est vide avant de demander l’acquittement.

Senxibar

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.