DRAME : UNE FEMME PERD SES QUINTUPLÉS FAUTE D’AMBULANCE

  • quintuples--620x400

Djibril Faye, 37 ans, maçon de son état, est un père de famille meurtri. Ce qui devait être pour lui et son épouse un heureux événement s’est vite transformé en véritable cauchemar. Sa femme, qui a mis au monde des quintuplés (deux garçons et trois filles) hier, jeudi 22 juin, a perdu tous ses bébés en l’espace de quelques heures. Ce, à cause d’une panne de l’ambulance qui devait évacuer les nouveau-nés du poste de santé de Sangalkam, où ils ont vu le jour, à l’hôpital pour enfants de Diamniadio

« Mon épouse ne s’attendait pas à accoucher hier, rembobine Djibril Faye dans un entretien téléphonique avec Seneweb. Elle était à moins de 7 mois de grossesse. C’est dans la nuit de jeudi à vendredi qu’elle a senti des contractions. Elle quitte notre village, Mont-Rolland (région de Thiès), et se rend à Sangalkam. Elle accouchera quelques heures après son arrivée au poste de santé de quadruplés, deux garçons et deux filles. Elle se plaindra par la suite de douleurs intenses. C’est le cinquième bébé qui était en route. Elle mettra au monde une autre fille. Les enfants sont donc nés prématurément, mais ils semblaient respirer normalement. »

La famille Faye, qui comptait déjà un garçon (5 ans) et une fille (2 ans), croyait s’être élargie avec cinq nouveaux membres. Déception ! Quatre des bébés meurent quelques heures après leur naissance, « vers 5 heures du matin », précise le père d’une voix étreinte par l’émotion et la douleur. Reprenant son souffle, il précise : « Les enfants, nés prématurément, auraient dû être transférés dans une couveuse à l’hôpital de Diamniadio. Mais ça n’a pas été possible à cause, nous a-t-on raconté, d’une panne de l’ambulance du poste de santé de Sangalkam. »

Quatre des bébés (les deux garçons et les deux filles), restés dans une salle sans prise en charge particulière, décéderont à l’aube dans une autre ambulance, lors de leur évacuation à Diamniadio. Le cinquième, une fille, perdra la vie à son tour ce vendredi vers 17 heures.

Devant supporter la douleur de la perte de cinq enfants d’un seul coup, Djibril Faye doit maintenant s’atteler aux formalités pour l’inhumation des mort-nés et, surtout, veiller à la santé de son épouse. « Je crains pour ma femme, qui est dans un état déplorable. Nous estimons qu’il y a eu négligence quelque part », accuse-t-il en précisant qu’il ne pense pas, pour autant, pour le moment, porter plainte contre le personnel médical du poste de santé de Sangalkam. Sa priorité, c’est son épouse.

Il dit : « Je lance un appel à la ministre de la Santé à sa collègue de la Famille, à la Fondation Servir le Sénégal et à toutes les bonnes volontés. J’ai besoin d’aide. J’ai perdu mes cinq enfants, c’est déjà beaucoup. Ma femme a besoin de soins de qualité. Elle est très éprouvée par les épreuves. Physiquement et mentalement. »

Selon le chef du district sanitaire de Rufisque, Dr Mbaye Thiam, l’histoire des quintuplés morts au poste de santé de Sangalkam et à l’hôpital pour enfants de Diamniadio ne s’est pas passée telle que racontée à Seneweb par le père des bébés, Djibril Faye.

« Les bébés ne sont pas décédés à cause d’une panne d’ambulance, mais parce qu’ils sont nés prématurément, rectifie-t-il lorsque nous l’avons joint au téléphone à son tour. Les deux pesaient 800 grammes et les trois 700 grammes. Leur apgar (évaluation) était très faible. Les quatre premiers avaient 2/10; ils sont morts aussitôt après leur naissance. Le cinquième, qui a vécu plus longtemps, avait 3/10. »
À en croire Dr Thiam, ces quintuplés avaient peu de chance de survivre. « Ils représentaient des vivants non viables », renseigne-t-il avant de revenir sur les conditions den leur naissance.
Ce sont des triplés qui sont arrivés les premiers, à 3 heures 40 minutes, précise-t-il, s’empressant d’ajouter que les trois bébés « sont morts aussitôt ». Deux autres verront le jour à 4 h 22. L’un perdra la vie presque immédiatement tandis que l’autre résistera. Il sera évacué sur une ambulance de l’hôpital pour enfants de Diamniadio vers 10 heures, selon Dr Thiam. Il décédera sept heures plus tard.

Ainsi de 4 h 22 du matin à 10 h, le dernier né des quintuplés était au niveau du poste de santé de Sangalkam. Lequel, pourtant, n’est pas outillé pour prendre en charge ces « cas difficiles », selon l’aveu du chef du district de Rufisque.

Ce dernier informe que l’ambulance neuve, acquise récemment, ne pouvait pas servir pour l’évacuation de l’enfant. Il révèle que l’une des vitres latérales du véhicule médicalisé a éclaté au cours du transport à l’hôpital psychiatrique de Thiaroye d’un déficient mental, « qui a brisé la vitre avec une pierre ».  » Sans vitre, avec l’air qui rentre, on ne peut pas transporter un prématuré « , informe Dr Thiam.

Il faut signaler que le couple Faye n’a pas vu venir des quintuplés. Les échographies, selon le père de famille, n’avait révélé que 3 bébés

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.