• Non classé
  • 0

Résumé et audio de la chronique de Pape Alé NIANG

RESUME

  1. Dans cette chronique, le talentueux journaliste alerte sur l’ethnicisme ambiant dans lequel nous baigne le régime actuel ; un danger guette le Sénégal avec ce fléau inconnu des sénégalais, les problèmes de race. Le président Sall n’a pas été élu par une ou deux races mais par tous, vu le sérieux et la vertu qu’il incarnait pour ravir nos cartes et nos coeurs.
  2. La presse sénégalaise incriminée dans le traitement des informations : Pape Alé trouve que les hommes d’affaires sont les patrons de la presse ; aussi ils les enjoints à laisser travailler leur journaliste librement sans acte partisan aucun car le pouvoir doit être critiqué. Depuis que Macky est au pouvoir, les syndicats de la presse n’ont jamais été reçus. Ainsi, si le peuple sénégalais se plaint du mauvais traitement de la presse, il faut indexer l’Etat et les patrons de presse proches du pouvoir. L’exemple édifiant est l’aide à la presse qui n’est octroyé qu’aux groupes de presse privilégiés. Son site, dakarmatin, jugé incontrôlable, ne reçoit évidemment aucune « aide à la presse » et le journaliste Niang se félicite de faire son travail en toute liberté, sans pression aucune qui puisse le dévier de sa mission : informer, alerter dans les meilleurs délais !
  3. la CREI : cette entité semble n’avoir pour mission que le cas Karim Wade ; où sont les 26 autres présumés comme Ousmane NGom ? En tout cas, Pape Alé loue le courage et la dignité du célébre prisonnier qui purge stoïquement sa peine et ne se plaint jamais, pour obtenir une liberté conditionnelle dûe à des raisons médicales. Ce dossier, ajoutera t’il est purement politique.
  4. Modou Diagne FADA : utilisé d’une manière nauséabonde pour combattre et humilier davantage Me Abdoulaye Wade. Il a fait remarquer que Fada ne s’est jamais battu pour l’opposition dans l’hémicycle comme le font si bien le jeune député du REWMI, Thierno Bocoum ou même Me El Haj Diouf, bien qu’il soit de la mouvance benno bok yakkar. Fada, en démissionnant du PDS aurait dû avoir la noblesse de céder son poste de président du groupe parlementaire du PDS, sans bras de fer, un poste qu’il a obtenu lorsqu’il était dans le parti du sopi, battu aux dernières élections présidentielles par le régime au pouvoir. Pape Alé lui conseille l’éthique et se battre pour aspirer au plus haut poste de responsabilité sans utiliser l’appareil du PDS.
  5. MBaye NDiaye, Moustapha Cissé LO n’ont ils pas subi la foudre du PDS alors qu’ils étaient indéxés pro-macky. Ils furent renvoyés et accueilli par l’APR. On connait la suite.
  6. Pape Alé conclut dans la logique de l’éthique pour tous ceux qui sont dans le landernau politique car cette qualité fait cruellement défaut au Sénégal.

Ecoutez :

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.