• Non classé
  • 0

BIBO BOURGI / ETAT DU SÉNÉGAL : Bras de fer judiciaire entre Paris et Monaco

L’arrestation de Bibo Bourgi, malgré son état de santé défaillant, intervient au moment où ses conseils et l’Etat mènent une vraie guerre judiciaire à l’étranger.

Arrêté en même temps que Alioune Samba Diassé, Ibrahima Khalil Bourgi dit Bibo partage, depuis la semaine dernière, la chambre d’Alioune Badiane de la société Namora, écroué pour escroquerie multiple.
En vérité et comme on l’atteste le dossier consulté par Libération, c’est le substitut Ibrahima Ndoye qui, pour le procureur spécial Cheikh Tidiane Mara, a requis la Section de Recherches pour arrêter le complice présumé de Karim Wade.
Dans la «réquisition d’arrestation d’un condamné» en date du 6 avril 2016, Ibrahima Ndoye, qui a convoqué en dernier l’arrêt 09 du 8 mars 2015 de la Chambre criminelle de la Cour suprême rejetant le pourvoi de Ibrahima Aboukhalil, demande à aux gendarmes «d’arrêter et de conduire à la maison d’arrêt de Rebeuss le nommé Ibrahima Aboukhalil né le 13/04/1966 à Beyrouth au Liban, domicilié à l’appartement 7B Résidence Eden Rock, 24-26 avenue Roosevelt, Dakar.»  Ce qui a été naturellement fait.
Pourtant, ce rebondissement n’est que l’arbre qui cache la forêt d’un bras de fer judiciaire entre l’Etat et les conseils de Bibo Bourgi.

Bibo demande l’autorisation de faire soigner à l’étranger, il est cueilli 24 heures après…

Le 5 avril, soit vingt-quatre heures avant l’arrestation de Bibo Bourgi, ses conseils et ceux de l’Etat étaient devant la Commission des Nations pour le droit commercial international (CNUDCI). Une procédure d’arbitrage a été introduite auprès de cette structure par les conseils de Bibo. Lors de l’audience préliminaire du 5 avril, ces derniers ont demandé à ce que leur client soit autorisé à se rendre en France pour se faire soigner. Le lendemain de la formulation sur laquelle la CNUDCI ne s’est pas encore prononcée, Bibo était cueillit chez lui…
A côte de cette procédure, Bibo Bourgi a aussi attaqué l’Etat devant le tribunal arbitral de la Banque mondiale. Selon nos informations, par exploit du 1er mars servi par Me Fatma Haris Diop, le présumé complice de Karim Wade a signifié à l’Etat une requête aux fins de me- sures conservatoires en date du 29 février 2016 et l’ensemble des pièces y afférentes, le tout dans le prolongement de la constitution du tribunal arbitral composé de trois arbitres ; les deux ayant été nommés par les deux parties (Bibo et l’Etat) et le troisième en tant qu’arbitre-président a été nommé le 25 février 2016 par le Comité spécial de la Cour internationale d’arbitrage de la chambre de commerce international de Paris, en l’occurrence Laurent Aynès, conformément à la procédure convenue par les parties.

Bras de fer devant le tribunal arbitral

Dès sa nomination, le président du tribunal arbitral a indiqué à l’Etat qu’il dispose d’un délai jusqu’au 18 mars 2016 pour ré- pondre à la requête aux fins de mesures conservatoires de Bibo. Le Sénégal, par le canal de ses conseils parisiens, a, sur ce, sollicité du tribunal arbitral un délai supplémentaire de cinq semaines pour répondre à la re- quête. Par un courrier en date du 4 mars 2016, Bibo Bourgi s’est opposé au délai sollicité par le Sénégal.
Le 7 mars 2016, le président du tribunal arbitral a informé les parties que l’instance a pris trois décisions dont notamment celle aux termes de laquelle «les parties doivent s’abstenir de prendre toute mesure qui serait de nature à aggraver le litige et/ou rendre vaine toute mesure conservatoire qui serait prononcée par le tribunal arbitral ultérieurement, jusqu’à ce que le tribunal arbitral ait statué sur ces demandes.»
D’ailleurs, les conseils de Bibo avaient convoqué cette disposition à la suite de la demande d’expulsion introduite par l’Etat pour faire main basse sur sa résidence à Eden Rock.
Deux autres procédures sont en cours à Paris et à Monaco. En effet, l’Etat du Sénégal a saisi le tribunal de grande instance de Paris pour saisir deux appartements appartenant à Karim Wade et à Bibo Bourgi. L’audience se tiendra le 13 avril prochain.
A Monaco, Libération a appris que le Sénégal a sollicité la saisie des comptes bancaires de Karim Wade, Bibo Bourgi etc. et des membres de la famille Bourgi. Mais le juge a partiellement refusé puisqu’il n’a autorisé qu’une saisie, à titre de mesure conservatoire, sur les comptes de Karim Wade, Bibo Bourgi, Mamadou Pouye, Pape Samba Diassé ainsi que ceux des sociétés liées aux trois derniers. Pour dire que la bataille judiciaire entre les différentes parties fait rage. Les avocats de Karim Wade devraient d’ailleurs être convoqués dans les prochains jours, à Paris, pour confirmer la plainte pour détention arbitraire introduite par leur client. Cette plainte a été déclarée recevable et la consignation fixée à 50 euros (32 mille FCfa) a été payée.
Il se trouve que Bibo Bourgi a aussi donné mandat à ses conseils de porter plainte contre l’Etat du Sénégal. Comme quoi…

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.