BARTHÉLEMY DIAZ A LA BARRE : QUELQUES MINUTES DU PROCÈS

Barthélemy Diaz, « j’ai fais des tirs de sommation sans viser quelqu’un… »

Le tribunal correctionnel de Dakar a repris le dossier de Barthelemy Diaz  maire de  Sacré cœur Mermoz. Accusé du meurtre de Ndiaga Diouf, il revient sur les faits et rappelle qu’en faisant des tirs de sommation, il ne visait personne.

En audience spéciale, le dossier de Barthelemy Dias est repris ce matin par le juge. Le  maire Sacré cœur Barthelemy Dias est accusé du meurtre de  Ndiaga Diouf tomber sous une balle  . Revenant sur les faits, l’accusé dit que c’est son chauffeur qui l’a mis au courant que des nervis ont encerclé la mairie et arrivé sur les lieux, il constate un groupe  encagoulé avec des ceintures de sécurité.

Et de poursuivre : « j’ai chargé mon adjoint d’aller  s’enquérir de cette situation, par la suite, ce dernier est revenu pour me dire que le groupe est commandité. Du coup j’ai appelé le commissaire Sèye de venir à mon secours; mais celui-ci  n’a pas pu arranger les choses et le groupe refusait de déguerpir les lieux » .

A cela il ajoute « ils ont bloqué la route que je voulais emprunter pour m’enfuir. J’ai sorti mes trois armes l’une réelle et les autres factices .J’ai fait des tirs de sommations en ne visant personne». Interpellé sur les blessés par le juge, Barthélemy confirme que les tirs ont touché deux personnes.

Adama Diouf, père du défunt présent à la barre affirme que son fils pratiquait la lutte certes, mais son métier principal était la plomberie. Devant le juge, il dit ne jamais être au courant qu’il  partait à ces manifestations électorales. Quatre prévenus sont entendus par le juge. Ceux-ci en provenance de la permanence du parti démocratique Sénégalaise(PDS), le 22 décembre 20011, disent qu’ils se sont  rendus à la mairie Sacré cœur Mermoz. Cette reddition, poursuivent les prévenus, n’était pas dans le but  d’attaquer l’accusé  mais plutôt pour discuter avec lui, étant donné que l’accusé du meurtre faisait des menaces à l’endroit des libéraux. Avant d’ajouter qu’une délégation s’était rendue chez Abdoulaye Bathily l’actuel candidat au poste de la commission de l’union Africaine (UA).  Ils soulignent  qu’au moment des faits, ils n’ont pas aperçu le vigile.

Néanmoins, ces nervis sont commandités. Cheikh Mbacké un des prévenus ne nie pas les faits . « L’idée d’envoyer et de payer ces jeunes aller à  la mairie Sacré cœur vient de lui après concertation avec quelques responsables ». Le prévenu de continuer que l’accusé était son ami et que son intention  était de discuter avec lui afin qu’il arrête les menaces à l’endroit des responsables libéraux. « L ‘idée de l’appeler  au téléphone pour régler son compte avec l’accusé, ne lui a jamais traversé l’esprit »,  se désole t-il devant les juges. Ces derniers ont pris les propos de Cheikh Mbacké non fondés.

source : rewmi

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.