• Non classé
  • 0

Accident d’obus : l’armée confirme la mort de l’enfant

Le drame s’est produit le dimanche 8 mai dernier au Champ de tir de Dodji, à Louga, où l’Armée nationale déroule habituellement ses manœuvres.

Amadou Bâ, élève en classe de CE1 à l’école élémentaire de Doun Doun Oriente, devait amener le troupeau familial paître aux alentours de la maison. Accompagné de deux de ses camarades, le jeune garçon ramasse naïvement un obus qu’il prenait surement pour un jouet. L’inévitable se produit quand l’arme explose dans les mains de l’enfant qui se retrouve presque éventré. Évacué à Linguére en urgence, puis à l’hôpital de Touba, vu la gravité de son cas, il succombera à ses blessures.

Le Colonel Abdou Thiam, chargé de relations publiques à la Dirpa a confirmé la mort, mais tient à revenir sur certains points:
“Nous regrettons la mort de cet enfant et compatissons à la douleur de la famille. Mais ce site est sécurisé avec toute la réglementation nécessaire. Les habitants savent que c’est un espace de tir et tous les signaux l’indiquent. L’enfant ne devait pas se trouver sur place.” L’armée dégage toute responsabilité dans ce drame.

C’est un père de famille dévasté qui témoigne dans L’Observateur: « Mon fils était mon seul espoir, c’était un élève brillant et studieux. Il était toujours premier ou deuxième de sa classe ». Moussa Bâ, père de la victime, dit n’avoir reçu aucune aide de la part de l’armée. « J’ai dépensé plus de 200 000 francs pour les soins et pour récupérer le corps de mon fils… » Le champ de tir de Dodji n’est pas sécurisé d’après les témoignages.

La Rédaction

Information, news et actualité internationale en direct & en continu sur NetDakar. Actualité politique, info culture & sports au Sénégal et à l'international.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.